p p

CD - Sony/Epic EPC 487525 2

PERSONNE N'EST PARFAIT


Contre l'amour
Qu'est-ce que t'as fait d'mes idées noires ?
Aucune différence
Ma faiblesse est la plus forte
Tombouctou
Si tu t'en allais
Plus douce sera la chute
Les majorettes
Notre histoire
Ce piano est à vendre
La plainte du blessé léger
Ce n'est que moi


p p
pp
p

K7 - Sony/Epic EPC 487525 4

p

Les singles :



p

1997 - CD Single - EPC 664370 1

Qu'est-ce que t'as fait d'mes idées noires?
Ma faiblesse est la plus forte


p

p


p

1997 - CD Single - EPC 665173 1

Tombouctou (radio edit)
Plus douce sera la chute


p

p


p

1998 - CD Single - EPC 665171 1

Les majorettes
Ce piano est à vendre


p
p

Les paroles:


♦ Contre l'amour

Contre les migraines tenaces
J'prends une aspirine
Contre les refroidissements
Une rasade de gin
Contre la montée d'angoisse,
Anti-dépresseurs
Contre les remords tardifs,
J'ai un confesseur

Contre la crise d'insomnie
J'avale un valium
Contre la mélancolie
J'envisage l'opium
Contre els réveils pénibles

Un alka-seltzer
Et puis contre l'avis d'mon médecin
La même chose qu'hier

Contre l'amour
Hélas les savants
N'en sont toujours
Pas beaucoup plus loin qu'avant
Contre l'amour
Pilules et cachets
Jusqu'à ce jour
Rien de ça n'a marché

Contre les mouches, les moustiques
Vaporisateur
Contre les pies, les pipelettes
J'branche le répondeur
Contre les cambrioleurs
Le système d'alarme
Enfin contre ma propre personne
J'ai le choix des armes

Contre l'amour
Hélas la recherche
Piétine toujours
C'qu'on a trouvé c'est pas lerche
Contre l'amour
On continue l'combat
Mais à ce jour
Faut dire nous ne gagnerons pas

©1997- Paroles : Jacques Duvall - Musique : Alain Chamfort – Marc Moulin
Texte soumis aux Droits d'Auteur - Réservé à un usage privé

Qu'est ce que t'as fait d'mes idées noires?

J'aperçois un méchant ciel bleu
J'voudrais pouvoir dire qu'il pleut
Mais c'matin j'aurai du mal

Pas l'ombre d'un nuage
Le beau temps qui fait rage
C'est un scandale

Qu'est ce que t'as fait d'mes idées noires ?
J'peux plus mettre la main d'ssus
Où t'as rangé mon désespoir
J'le retrouve plus

C'est quoi ce sourire écoeurant
Que me renvoie bêtement
Le miroir d'la salle de bain

Et cet air que je siffle
Je me mettrais des gifles
Qu'est-c'que j'deviens ?

Dis donc ma jolie, viens là
J'ai une question pour toi

Qu'est ce que t'as fait d'mes idées noires ?
J'peux plus mettre la main d'ssus
Où t'as rangé mon désespoir ?
J'le retrouve plus

Qu'est ce que t'as fait d'mes idées noires ?
Tu viens mettre le bordel
Chambouler tout mon territoire
P'tite mademoiselle

"Laisse-toi aller, laisse-toi faire".

Qu'est ce que t'as fait d'mes idées noires ?
Tu crois que j'remarque pas
Toutes mes vieilles affaires qui s'égarent
Depuis qu't'es là
Qu'est ce que t'as fait d'mes idées noires ?
J'en avais une flopée
J'ai beau retourner mes tiroirs
T'as tout paumé

©1997- Paroles : Jacques Duvall - Musique : Alain Chamfort – Jean Noël Chaléat
Texte soumis aux Droits d'Auteur - Réservé à un usage privé

Aucune différence

J'vois aucune différence
Entre le grand amour
Pour toujours
Et l'aventure
Qui n'dure qu'un court instant

J'vois aucune différence
Si c'n'est qu'évidemment
Bien souvent
C'est l'aventure
Qui dure le plus longtemps

L'éternité c'est quand j'prends la bouche
Pas le nombre d'années
Que purgent les condamnés

L'éternité c'est quand on se touche
Pas une diabolique
Notion mathématique

L'éternité c'est quand tes yeux brûlent
Ca c'est mieux qu'une messe
Mieux qu'une belle promesse

L'éternité c'est quand tout bascule
Puisqu'à ce moment
On oublie le temps

L'éternité c'est nos instants d'extase
Et non une lourde peine
Dont les jours se traînent

L'éternité s'il faut qu'elle nous rase
Qu'elle aille et sur l'heure
Se faire voir ailleurs

©1997- Paroles : Jacques Duvall - Musique : Alain Chamfort – Jean Noël Chaléat
Texte soumis aux Droits d'Auteur - Réservé à un usage privé

♦ Ma faiblesse est la plus forte

Je me rends
Puisque toutes les guerres
C'est moi qui les perds
J'lève les mains en l'air

Drapeau blanc
Selon la formule
J'signe pour un match nul
En fait, j'capitule

Ma faiblesse est la plus forte
Et c'est elle qui fait la loi
Ma faiblesse toujours l'emporte
C'est elle qui commande et c'est moi qui ploie

Les rebelles
Pour aller au feu
Ont l'regard fiévreux
Je n'suis pas comme eux

Ma toute belle
Je ne fais pas front
Devant les jupons
Je baisse pavillon

Ma faiblesse est la plus forte
Et c'est elle qui fait la loi
Ma faiblesse toujours l'emporte
C'est elle qui commande et c'est moi qui ploie

Rien à faire oui c'est comme ça
Toi tu ne t'en plaindras pas
Puisque ma faiblesse c'est toi
Je n'me révolterai pas
Puisque ma faiblesse c'est toi

Tes désirs
Sont des ordres, alors
Que veux-tu encore ?
Ma vie ou ma mort

Vas-y, tire
Les fils que tu tiens
Dans ta jolie main
Je suis ton pantin

Ma faiblesse est la plus forte
Et c'est elle qui fait la loi
Ma faiblesse toujours l'emporte
C'est elle qui commande et c'est moi qui ploie

©1997- Paroles : Jacques Duvall - Musique : Alain Chamfort – Marc Moulin
Texte soumis aux Droits d'Auteur - Réservé à un usage privé

Tombouctou

Juste un billet où tu m'écris
Que tu pars à l'aut' bout d'la terre
Tu disparais sans penser ni
A ton vieux partenaire
Ni, pire encore,
A prendre ton passeport

Quand j'étais gamin au camp scout
J'détestais les jeux de piste
Mais à tes trousses en avant toute
Puisque le jeu consiste
A rattraper
Mon amour échappé

Prends tes jambes à ton cou
Le train pour Tombouctou
Là où tu passes
Laisse pas la moindre trace
Change d'adresse, change de nom
Épouse un Lapon
Teins-toi en brune
Fuis sur la lune
Et même comme ça tu s'ras pas
Débarrassée de moi

J'ouvrirais bien sûr la cage si
Tu te sentais prisonnière
J'tournerais bien sûr la page si
Tu m'demandais d'le faire
T'es toujours libre
De refermer le livre

Mais si c'que tu veux savoir c'est
Jusqu'où j'suis capable d'aller
Si j'marche encore comme je marchais
Après toutes ces années
Sache ma jolie
Que j'relève le défi

N'importe où
Clichy ou Tombouctou
Tant qu'on s'aimera
Tu m'sèmeras pas comme ça

©1997- Paroles : Jacques Duvall - Musique : Alain Chamfort – Jean Noël Chaléat
Texte soumis aux Droits d'Auteur - Réservé à un usage privé

♦ Si tu t'en allais

Si tu t'en allais
En admettant que je te laisse partir
En admettant que j'aie
Tremblé en ajustant mon tir

Si tu t'en allais
Rejoindre un autre moins jaloux que moi
Peut-être que j'te dirais
"Soyez heureux" mais j'le penserais pas

J'te permettrais pas
De partir sans remords
J'te permettrais pas
Pas question d'être sport
Tu m'connais pas encore

J'te ferais profiter d'chaque nuance de ma détresse
Afin qu'tu t'sentes coupable de la douleur qui m'opresse
Les "je t'aime, je t'aime, je t'aime" dont je t'accablerais
Feraient naître dans ton coeur la honte et le regret

Si tu t'en allais
Si tu en v'nais à cette infamie
Ne t'avise jamais
D'oser m'servir du "restons bons amis"

Si tu t'en allais
Et ce avant qu'j'te congédie
Ne crois pas s'il te plaît
Qu'tu l'emporterais au paradis

J'te permettrais pas
D'faire passer notre amour
De vie à trépas
Sans qu'tu souffres à ton tour
Le restant de tes jours

Si tu t'en allais
En admettant que je te laisse partir
En admettant que j'aie
Tremblé en ajustant mon tir

Si tu t'en allais
Rejoindre un autre moins jaloux que moi
Peut-être que j'te dirais
"Soyez heureux" mais j'le penserais pas

©1997- Paroles : Jacques Duvall - Musique : Alain Chamfort – Marc Moulin
Texte soumis aux Droits d'Auteur - Réservé à un usage privé

♦ Plus douce sera la chute

Le boxeur qui est allé jusqu'au bout
De ses forces pour rester debout
Ce champion qui saigne sur le ring
Il recule en encaissant les swings
Mais il n'a plus peur de la défaite
On peut presque dire qu'il la souhaite

Plus douce sera la chute
Pour celui qui va perdre, celui qui lutte
Encore et qui attend cet uppercut
Le coup de grâce enfin qui l'exécute
Plus douce sera la chute

Quand elle va claquer la porte derrière elle
Quand après votre dernière querelle
Tu sauras que tout est bien fini
Que tu viens de vivre l'agonie
D'un amour destiné à mourir
Tu n'auras plus la force de souffrir

Plus douce sera la chute
Pour toi qui vas tout perdre, pour toi qui luttes
Encore et qui attends cet uppercut
Le coup de grâce enfin qui t'exécute
Plus douce sera la chute

En perdant la femme que tu aimes
Plus que tout au monde, plus que toi-même
Tu t'étonneras qu'un des sentiments
Qui t'envahiront soit l'soulagement
Comme si on pouvait trouver, somme toute
Quelque volupté dans la déroute

Plus douce sera la chute
Pour toi qui va tout perdre, pour toi qui luttes
Encore et qui attends cet uppercut
Le coup de grâce enfin qui t'exécute
Plus douce sera la chute

Crois-moi
Plus douce sera la chute
Pour celui qui va perdre, celui qui lutte
Encore et qui attends cet uppercut
Le coup de grâce enfin qui t'exécute
Plus douce sera la chute

©1997- Paroles : Jacques Duvall - Musique : Alain Chamfort – Jean Noël Chaléat
Texte soumis aux Droits d'Auteur - Réservé à un usage privé

♦ Les majorettes

Faites entrer les majorettes, Georgette
Car les couacs de la fanfare, c'est marre
Faites venir un interprète, Pierrette
Marre d'chanter en Bulgare

Faites graisser la bicyclette, Sylvette
Car la Buick et la Jaguar, c'est marre
Faites donner les arbalètes, Babette
Marre de ces sales moutards

Ce n'est pas que j'm'ennuie, mais...

Tout ça a-t-il encore un sens?
J'ai un doute, là
Tout ça a-t-il encore un sens?
Tu n'm'écoutes pas

Faites craquer une allumette, Lucette
Car tout compte fait, Rome ce soir, c'est marre
Faites monter la vinaigrette, Laurette
Marre de la sauce tartare

Ce n'est pas que j'm'ennuie, mais...

Tout ça a-t-il encore un sens?
J'ai un doute, là
J'me trompe ou bien ça sent l'essence?
Tu n'm'écoutes pas
Tout ça a-t-il encore un sens?

Faites entrer les majorettes, Georgette
Faites sortir les sourdes-muettes, Huguette
Marre de leur tintamarre

Ce n'est pas que j'm'ennuie, mais...

Tout ça a-t-il encore un sens?
J'ai un doute là
Pourquoi toute cette effervescence?
Tu n'm'écoutes pas

Tout ça a-t-il encore un...

©1997- Paroles : Jacques Duvall - Musique : Alain Chamfort – Jean Noël Chaléat
Texte soumis aux Droits d'Auteur - Réservé à un usage privé

Notre histoire

Notre histoire ne m'laissera sûr'ment pas
Dans la bouche un goût de sucre d'orge
Tu m'as dit: "Adieu ne m'oublie pas"
Alors j'ai fait un noeud dans ma gorge

Rien ici que de très conventionnel
Fin d'une romance de quat' sous
Bah, c'était juste une pauvre ritournelle
Fallait pas chercher grand-chose de plus là-dessous

Notre histoire personne la publiera
Ni Arlequin, ni Régine Deforges
Tu m'as dit: "Adieu ne m'oublie pas"
Alors j'ai fait un noeud dans ma gorge

Deux personnages assez peu inspirés
Un décor de troisième ordre
Une partition banale à en pleurer
Alors si en plus les violons se désaccordent

Notre histoire n'a pas marché, pourquoi?
Est-c' vraiment la peine qu'on s'interroge?
Tu m'as dit: "Adieu ne m'oublie pas"
Alors j'ai fait un noeud dans ma gorge

Notre histoire me semble loin déjà
Et j'étais pourtant aux premières loges
Tu m'as dit: "Adieu ne m'oublie pas"
Alors j'ai fait un noeud dans ma gorge

©1997- Paroles : Jacques Duvall - Musique : Alain Chamfort – Marc Moulin
Texte soumis aux Droits d'Auteur - Réservé à un usage privé

Ce piano est à vendre

Ce piano est à vendre
Je n'vais pas vous prétendre
Croix de fer
Qu'c'est une affaire
Il a pris quelques coups
Ce piano a beaucoup
Souffert

Ce piano comme moi
A eu des hauts et des bas
J'ai pleuré sur lui
Et lui sous cette pluie
Il chantait

Ce piano George Sand
M'aurait dit: "Tu peux l'vendre
Mon lapin
T'es pas Chopin"
J'crois aussi qu'il faudrait
Cette fois-ci que j'trouve un vrai
Gagne-pain

Ce piano est à vendre
Mais j'ai honte, j'vous truande
Car ce piano est souffrant
Et il vaut, soyons franc
Plus un franc

Ce piano, cette épave
Qu'a perdu deux octaves
C'est un vieux rêve qui s'lézarde
Faut-il que j'le poignarde
J'peux pas, j'le garde

©1997- Paroles : Jacques Duvall - Musique : Alain Chamfort – Marc Moulin
Texte soumis aux Droits d'Auteur - Réservé à un usage privé

♦ La plainte du blessé léger

La vie, y a aucune clause
Qui l'oblige à nous couvrir de roses

Moi qui n'manque de rien
J'suis gonflé je suppose
D'oser réclamer autre chose

D'autant que ce que j'demande
Ca se trouve pas chez votre marchande
C'est à Dieu le père,
Qu'on passe ce genre de commande
Et j'doute que le pauv'vieux m'entende

C'est la prière d'un privilégié
La plainte d'un blessé léger
Au bout d'un moment
On est censé s'adapter
Maman
J'crois qu'tu m'as trop gâté.

C'est la vie qui nous égratigne
je présente que des lésions bénignes
Pourquoi je résiste, pourquoi je trépigne ?
Les autres se résignent

D'autant que ce que j'demande
Ca s'trouve pas chez votre marchande
C'est à Lucifer
Qu'on passe ce genre de commande
Et j'doute que le salaud m'entende

C'est la prière d'un privilégié
La plainte d'un blessé léger
Car décidément
J'ai du mal à m'adapter
Maman
J'crois qu'tu m'as trop gâté

C'est la prière d'un privilégié
La plainte d'un blessé léger

©1997- Paroles : Jacques Duvall - Musique : Alain Chamfort – Marc Moulin
Texte soumis aux Droits d'Auteur - Réservé à un usage privé

♦ Ce n’est que moi

Bonjour mademoiselle
Écoutez, j'vous trouve très mignonne
Voilà, j'me présente, j'mappelle Alain Chamfort
Vous me reconnaissez peut-être?...
Non?
Je suis chanteur de variétés
Et je passe parfois dans le poste...
C'est ça... Manureva c'était moi...
C'était votre chanson préférée?...
Ah bon!! celle de votre mère...
Oui...
À propos... vous habitez chez vos parents

Ce n'est que moi
Ne craignez rien
Ce n'est que moi
Votre vieil Alain
J'demande quand même
Pas le Pérou
J'demande qu'on m'aime
Et puis c'est tout

Vous n'avez jamais acheté un seul de mes disques?
Mais non mademoiselle, je n'suis pas vexé...
Pas du tout! vous savez, les goûts et les couleurs...
Chacun a droit a son opinion, c'est bien...
De toute façon entre gens évolués on finit toujours par se trouver un terrain d'entente...
Par exemple, physiquement vous me plaisez beaucoup...

Heu, attention, je n'vous prend pas pour une fille facile, hein

Dites moi, mademoiselle, par simple curiosité, qu'est ce que vous lui reprochez au juste à ma musique?
Trop mièvre?... Pas assez Rock?...
Gentillet!...
Vous aussi vous trouvez ça?
Ma maison de disques me dit ça, les journalistes l'écrivent, mon ex-femme n'arrête pas de me le répéter, ça doit sûrement être vrai, mais bon, je suis comme je suis...
Qu'est ce que je peux faire?... A moins que...
Vous voulez pas être mon manager??

Ce n'est que moi
Ne craignez rien
Ce n'est que moi
Votre vieil Alain
J'demande quand même
Pas le Pérou
J'demande qu'on m'aime
Et puis c'est tout

Vous avez vraiment de beaux yeux!!
Je suis sûr qu'on est fait l'un pour l'autre!!
Je vais faire une chanson sur vous, vous verrez ce sera un tube
C'est quoi votre petit nom?
Gabrielle? Ah! Ça a déjà été fait...
C'est pas grave on va dire Gaby alors...
Oui, ça aussi...
Eh bien... Gab? Ça rime avec... valab!
Vous voyez, on est bien partis!
Quand j'vous disais qu'on était faits l'un pour l'autre!!

©1997- Paroles : Jacques Duvall - Musique : Alain Chamfort – Marc Moulin
Texte soumis aux Droits d'Auteur - Réservé à un usage privé

Additional information